POURQUOI CE PROJECT-ECO?

Au cours des dernières années en Asie, le nombre et la condition des éléphants se sont aggravés de manière très alarmanteL’éléphant d’Asie est susceptible de disparaître à cause de la déforestation, de l’urbanisation et des abus.

Le Fonds mondial pour la nature et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) considèrent tous les deux que l’éléphant d’Asie est une espèce en voie de disparition. Il ne reste presque plus d’éléphants sauvages et les captifs sont souvent victimes d’abus graves qui aboutissent parfois à la mort. Selon les chiffres disponibles, il ne reste plus que 300 éléphants sauvages et 400 éléphants en captivité au Laos.

Récemment, le voile a été levé sur les méthodes et pratiques discutables infligées aux éléphants. A cause de mesures cruelles, de nombreux éléphants meurent brutalement en captivité et ne peuvent plus se reproduire avec succès. Ils peuvent parfois devenir violents envers l’homme, même prêts à tuer.

Selon certains experts, les éléphants d’Asie sont une espèce qui aura disparu dans cent ans. C’est une chose que nous ne devons pas accepter car ce serait un terrible échec pour l’humanité. Cela pour une très bonne raison, les pachydermes ont, au cours de l’histoire et des religions, évolué avec les hommes. Ils ont toujours fait partie de l’identité de certaines ethnies asiatiques, un symbole fort de l’Asie dans son ensemble.

Accepter son déclin serait une véritable perte de l’homme. C’est en fait la raison pour laquelle nous avons aujourd’hui une politique et un projet de conservation.

Rappelons-nous ce qui tue l’éléphant aujourd’hui au Laos: son utilisation pour l’exploitation forestière (principalement illégale). Cette pratique est dangereuse pour la forêt primaire lao qui disparaît progressivement, mais aussi pour les éléphants qui se blessent et laissés à l’abandon, causant ainsi dans le pire des cas une mort par épuisement.

Le système de «copropriété familiale» lao incite les membres de la famille à rendre leur «investissement» aussi rentable que possible. Ainsi, plus un éléphant travaille longtemps, plus il s’enrichit. Les éléphants sont donc surexploités et le taux de natalité est en chute libre. Au Laos, il y a plus d’éléphants qui meurent que de veaux (10 décès pour chaque naissance). Les revenus des cornacs travaillant sur ces sites sont élevés (payables par tonne) et pas seulement selon les normes laotiennes. Chaque éléphant sauvé de ce cercle vicieux est une victoire car s’il devait continuer, poussé au travail, les éléphants n’auraient pas le temps de se reproduire. On dit qu’il n’y a plus de femelle éléphant dans le sud du Laos capable de se reproduire. Pour mémoire, la gestation des éléphants est la plus longue chez les mammifères: 2 ans avec 3 années supplémentaires d’allaitement.

Le Mékong Elephant Park offre des alternatives. Nous permettons aux cornacs de gagner des revenus décents, afin de fournir des conditions environnementales favorables pour la santé et la sécurité de nos éléphants, mais aussi pour eux-mêmes.

MAe Kham - Mae Boun Ma - Mae Ping playing together on sandbak of the mekong pakbeng

NOTRE ENGAGEMENT & NOS VALEURS

Nous souhaitons sensibiliser les voyageurs sur la situation des éléphants au Laos et à nous soutenir dans leur protection. Nous nous efforçons de fournir:

  • Un environnement de qualité pour les éléphants au sein d’une forêt primaire leur permettant de consommer leur nourriture naturelle.
  • Un parc à taille humaine qui promeut la préservation de nos pachydermes
  • Une opportunité durable pour les cornacs en leur permettant de gagner un revenu fixe les gardant éloigné de l’industrie forestière.
  • Un parc qui offre aux éléphants une reconversion au travail en foret avec des conditions de vie décentes.
  • Et amener les voyageurs dans le milieu de vie naturel des éléphants avec une approche pédagogique.